0 commentaires / Publié le par Fatma Sekkal

Comment Faire Face a ses Peurs en Situation Maladive ?

 Chacun de nous avons dû faire face à la maladie un jour ou l’autre. Que ce soit notre propre maladie ou celle d’un proche. À travers cet état d’être, nous traversons plusieurs émotions et situations qui nous poussent à nous ouvrir davantage dans notre propre force intérieure. Alors, comment avancer à travers tout ceci lorsque la maladie semble lourde et pénible ?

Le choc du diagnostic

La première étape sera bien évidemment le choc du diagnostic. Certains petits symptômes pouvaient nous laisser voir que quelque chose ne fonctionnait pas à 100%. Par contre le choc d’un diagnostic nous remet face à la situation. Nous ne pouvons plus nous cacher ou nous mentir à nous- même. Alors l’annonce peut devenir une étape très lourde à porter, surtout lorsque nous ne sommes pas prêts à cette éventualité.

Le choc fait partie des émotions de base lors de l’annonce d’une maladie et c’est tout à fait normal. Pour chacun, ce temps d’intégration sera différent. Certaines personnes y passeront tout doucement tandis que d’autres auront l’effet inverse. C’est-à-dire que les instincts de survie referont surface. Ainsi, la personne peut essayer de minimiser la situation afin de ne pas faire face à la réalité. Ou d’autres auront pour leur dire ‘’ je suis prête à tout ceci ‘’ afin de cacher leur sensibilité émotionnelle. Par contre, est-elle vraiment aussi solide qu’elle laisse paraître ?

Rester dans l’écoute et la compassion 

À travers cette première phase du diagnostic, il est important de rester à l’écoute envers la personne qui doit apprendre à vivre avec sa nouvelle réalité. Lui dire que tout ira bien peu l’encourager et l’aider. Par contre, ne restez pas dans un doute ou dans une situation où vous chercher à minimiser la situation. Rester réaliste à travers tout ceci. Vous pouvez l’encourager bien entendu. Par contre vous devez aussi rester dans l’écoute avant tout. Peut-être que cette personne aura besoin de temps d’écoute afin d’exprimer ce qu’elle ressent ou ce qu’elle vit intérieurement à travers tout ceci ? Est-elle prête à vous faire des confidences ? Des aveux, des remises en question ? Ces gens ont surtout besoin de votre présence et de votre soutien. Vous ne pouvez vivre les émotions à leur place. Par contre vous pouvez devenir un pilier pour eux, une ressource de lumière et d’espoir afin d’avoir une personne solide à leur côté à travers ce temps de tumulte.

Ne pas juger

Il ne sert à rien d’entrer dans le jugement face à ce que ces gens peuvent dire ou faire. Parfois, ils seront tellement dans la souffrance émotionnelle qu’ils auront envie de crier leur colère. Et c’est trop souvent les gens les plus proches qui en seront victimes.

N’entrez pas dans le jugement face à ces gens. Comprenez que ce n’est que la souffrance qui fait qu’ils pourront parfois avoir des paroles blessantes. Par contre le tout n’est pas dirigé directement envers vous. Ce sera des effets du choc du diagnostic qui se fera sentir à travers leur agissement.

La peur

Comment Faire Face a ses Peurs quand on est malade ?

Une fois que la force du choc sera traversée, la personne atteinte pourra entrer dans un état de peur. ‘’ Que va-t-il m’arriver ? Suis-je condamnée ? Vais-je survivre à tout ceci ? ‘’ Toutes ces questions sont légitimes et font partie du processus vers l’acceptation.

La peur de l’inconnu, de la souffrance et de la mort possible feront partie du processus normal. Il est possible que par moment la personne passe par des phases plus agressives et c’est tout à fait normal. La résistance face à la peur de l’avenir fera en sorte que la personne pourra avoir beaucoup de questionnements et de réactions.

Que faire ?

Comment Faire Face a ses Peurs en Situation Maladive ?

Vous pouvez rassurer la personne qui vit cette étape en lui expliquant qu’il est tout à fait normal d’avoir peur et que ceci est relié au fait qu’elle ne peut savoir ce qui arrivera dans le futur. Lorsque la personne sera davantage dans une acceptation et non dans la résistance face au diagnostic, le tout sera plus facile à gérer. Une paix s’installera et ainsi la route vers l’acceptation commencera à prendre place.

Acceptation

L’acceptation fait partie de la dernière étape du diagnostic. Ceci est signe qu’une paix se fait alors de plus en plus présente à l’intérieur de l’être. Bien que parfois certains doutes puissent encore refaire surface, il sera maintenant plus facile d’avancer à travers le malaise ou la maladie présente.

À ce stade, il est aussi important de comprendre que vous ne pouvez imposer vos propres croyances aux gens qui sont dans le processus de la maladie. Par exemple, certaines personnes croiront aux anges, d’autres Dieu, etc. Chacun ses croyances. Il faut respecter ce qui tient le plus à la personne qui est en état de vulnérabilité. Même si vous aimeriez la rassurer en lui expliquant qu’elle sera sauvée, guider et accompagner, ceci ne servira à rien si ce n’est pas la croyance de départ de la personne.

Si pour vous la puissance de la prière est importante alors vous pouvez en offrir à la personne concernée. Tout simplement le faire dans le respect et le silence. Vous n’avez pas imposé à l’autre vos propres croyances religieuses. Faites-les dans la discrétion le plus possible. Après tout, ce sera aussi une étape importante de soutien pour vous à travers les étapes à venir.

Respecter les besoins

Il est important de respecter les besoins de la personne vivant avec la maladie. Est-elle plus fatiguée ? Moins d’énergie ? Besoin de plus de sommeil ? Le respect de l’autre sera d’une importance capitale, car ceci lui permettra de se reconnecter davantage avec elle-même à travers le processus de la guérison. Alors, ne forcez pas la personne à vous recevoir, à sortir ou à prendre des temps à l’extérieur de la maison si celle-ci ne se sent pas capable. Respecter ses besoins et son temps d’introspection qui la guideront vers la compréhension de ce qu’elle est en train de vivre.

Il n’y a pas de bonnes et de mauvaises façons de vivre vos émotions. Ils feront partie du processus de la maladie ou de l’accompagnement à faire. Rester dans le moment présent sans anticiper ce que l’avenir vous réserve. Profiter de chaque moment, un jour à la fois. Ainsi, les peurs et les résistances face au diagnostic seront moins lourdes à porter. Personne ne peut vraiment prédire l’issue exacte de la maladie donc n’entrez pas dans la peur. Profitez bien de la présence de la personne et permettez-vous de lui apporter votre soutien et votre compassion. Ce sera le plus grand remède que vous pourrez lui offrir.

0 commentaires

Laissez un commentaire

translation missing: fr.blogs.comments.note